Parent en néonatologie: Les difficultés de la prématurité

Choisir de devenir parent, c’est choisir de prendre une route merveilleuse parsemée de difficultés. La prématurité en est une. Nous ne choisissons pas d’avoir un enfant né plus tôt, nous ne demandons pas à ce que notre bébé soit hospitalisé. Mais il est là, rempli de vie malgré les machines qui l’entourent, il communique même si la jet Cpap cache un peu son visage.

Cet article a mis du temps à voir le jour car ce n’est pas qu’un article sur la prématurité et le ressenti des parents, c’est aussi une chronique dédiée à rendre hommage à ces personnes, qui, par la force des événements deviennent des Super Héros. super maman2

La définition de super héros est “un être doué de capacités hors du commun”. Les parents que je côtoie sont dotés de capacités hors du commun. Je vois des Super Mamans douées d’omniscience, qui à l’aide de photos ou de doudous portant leur odeur parviennent toujours à être présentes auprès de leur bébé tout en s’occupant du cartable du grand.

Je vois des Super Papas rapides comme l’éclair qui le premier jour de vie de bébé parviennent à ramener le colostrum de maman, faire du peau à peau avec leur enfant, rassurer leur femme encore alitée…

superhero-296963_150

Les héros sont d’actualité, moi j’en côtoie tous les jours, et un peu comme leur acolyte, je les aide à traverser les difficultés.

Claire fait partie de ces mamans aux supers pouvoirs, que j’ai eu la chance de connaitre, et voici son histoire hors du commun.

Samuel et ses parents

Nous sommes les parents de Samuel. Il est notre quatrième enfant. Samuel est né suite à une grossesse très compliquée pendant laquelle moi, sa maman, j’ai dû être hospitalisée presque 3 mois.

Samuel est né à 25 semaines d’aménorrhée et 3 jours, c’est-à-dire près de 5 mois et demi. A sa naissance, à Jeanne de Flandres, il a été immédiatement intubé, une machine respirait pour lui.

Découvrir son nouveau-né, si petit (810 grammes), et recouvert de tellement de « tuyaux » et de pansements nous plonge dans la fragilité de sa petite vie.

Heureusement les services de néonatologie ont beaucoup progressé ces derniers temps sur la place laissée aux parents dans le soin de son enfant. Le fait de pouvoir être présent près de lui, le toucher, et petit à petit prendre part aux soins quotidiens, nous a rendus progressivement notre maternité, et notre paternité. En effet, si petits, les bébés prématurés ont un grand besoin de soins, mais aussi un grand besoin d’affection et d’amour.

Au début, c’était le combat pour la vie ! Progressivement, la confiance s’installe et c’est devenu un combat pour respirer seul puis un combat pour s’alimenter seul ! Je parle de combat, parce que c’est un chemin semé d’embûches ! 3 pas en avant puis 1 pas en arrière ! Ces moments de retour en arrière (par exemple pour les besoins en oxygène) sollicitent notre courage et notre patience. On veut souvent aller trop vite ! Mais on découvre que notre petit a besoin de temps. Comme disait Jean de la Fontaine « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ».

Je tirais mon lait puis progressivement Samuel découvrait les tétées.

Progressivement, les besoins sont de moins en moins médicaux. La surveillance s’estompe. Difficile au début de s’adapter. J’avais toujours mes peurs en mémoire, avec ces fameuses “brady-désat”, qui font sonner les machines et s’emballer nos cœurs de parents.

A la maison, j’ai eu besoin de temps pour prendre confiance en moi et dans le bon développement de Samuel. De temps et de moyens. Des aides familiales, et ménagères pour me consacrer au maximum à Samuel. Des objets qui facilitent : comme un parc avec un fond incliné pour lutter contre son reflux gastro-oesophagien ; une écharpe de portage ; un lit-cocon…

Samuel a maintenant 4 ans. Il est en pleine forme. Il se développe sans aucun souci. Il est joyeux et prend la vie à bras-le-corps.

 

Il n’y a rien a rajouter, sinon un grand merci à Claire de s’être confiée et qui, pour vous lecteur, a partagé une partie de sa vie.

A bientôt cher amis!!

Share

Article(s) relatif(s)

5 réflexions au sujet de « Parent en néonatologie: Les difficultés de la prématurité »

  1. Bonjour,

    Merci pour votre commentaire, j’espère que votre rêve se réalisera et que tout comme moi, vous vous amuserez dans votre métier!
    N’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez des questions concernant le métier d’auxiliaire de puériculture (magnifique métier soit dit en passant:)

    Bonne journée

    • Bonjour,

      Merci pour votre réponse.
      Je n’hésiterais pas à revenir vers vous. Je suis votre site régulièrement.
      Puis je me permettre de vous demander si vous avez parfois des stagiaires dans votre service ?
      Cordialement,
      Bonne journée

  2. Magnifique article !
    Je suis une future élève auxiliaire de puériculture, et voilà quelques temps que je suis intéressée par le service de néonatologie… je ne saurais expliquer pourquoi ce service m’attire….peut-être pour tout ce que dégage cet article….se sentir utile, soutenir, rassurer, etc…..
    Peut-être un rêve qui deviendra réalité….

    • Bonjour,
      Malheureusement, nous n’accueillons pas d’étudiante ADP dans notre service, cependant si un jour vous êtes en stage à la maternité de Paul Gelle, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’équipe pour éventuellement faire quelques jours d’observation chez nous.
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>