SEPTICÉMIE: Le lait maternel réduit considérablement le risque

Le a aussi ce bénéfice, celui de réduire le risque de en cas de très faible poids de naissance. Au-delà de la santé du nouveau-né, il permet de réduire considérablement les coûts liés à la prise en charge du bébé en unité néonatale de soins intensifs. Cette étude menée au Rush Medical Center et publiée dans l’édition de février du Journal of Perinatology montre même que chaque volume de 10 millilitres de lait maternel (par kg) va réduire de près de 20% le risque de chez le nourrisson, au cours du premier mois de vie.

Réduire le risque de septicémie : Sur 175 nouveau-nés à très faible poids de naissance, 13% ont développé, dans cette étude, une septicémie liée à des bactéries de type staphylocoques, streptocoques, entérocoques ou gram-négatives comme Escherichia coli (E. coli), ou encore Klebsiella, Enterobacter, Serratia et Pseudomonas… L’apparition de la septicémie survient tardivement et fréquemment chez environ 22% de ces enfants à très faible poids de naissance. Ici, l’analyse montre que l’augmentation de 10 ml/kg du volume moyen de lait maternel consommé durant les 28 premiers jours de vie réduit de manière dose-dépendante de 19% le risque de septicémie.

Source: journal of perinatology, 31 january 2013 Impact of early human milk on sepsis and health-care costs in very low birth weight infants

 

Share

Article(s) relatif(s)